Points de ventes habituels fermés


(billets en ventes sur place)

TARIFS (frais de location inclus) :

- 14€ (Plein)
- 12€ (chômeurs, personnes à mobilité réduite, - 25 ans)
- 11€ (Brétignolais) – 8€ (groupes de 4 personnes Brétignolaises)
- 7,50€ (abonnés Rack’am)
+ d’infos sur l’abonnement


En partenariat avec






Artiste complet – chanteur, auteur, compositeur, interprète, danseur – Nosfell propose dès ses débuts une œuvre globale et ambitieuse. Avec une voix d’une ductilité impressionnante, des mélodies luxuriantes et un univers empli de fantasmagories fascinantes, chacune de ses chansons est un songe ouvert à celui qui l’écoute.

Sa marque de fabrique : un mélange des langues, des genres, pour n’en former plus qu’un, le sien.

Indomptable, inclassable. Ce qui est certain, c’est qu’un concert de Nosfell est une expérience unique - à la fois sonore, visuelle et sensorielle, une invitation au voyage. Si le chanteur danse depuis toujours sur scène, c’est parce que le rapport au corps est pour lui central car la scène est le lieu où il s’exprime de manière la plus complète.

Avec Echo Zulu dont la sortie est prévue le 13 octobre 2017, Nosfell dévoile ses obsessions et exprime le désir d’être « intime sans être impudique ». Chaque chanson possède son propre rythme, comme un mantra lumineux caressant une noirceur omniprésente, dans les textes ou les harmonies tendues.

Un romantisme de dandy pas trop sûr de lui, qui convoque Christophe, Sébastien Tellier et William Sheller, une voix qui flotte dans les airs, une sourde intensité mélodique qui trouble à la manière de Blonde Redhead… Et des mots en français qu’il manie avec grâce et candeur, sur une trame électro pop toute aussi épurée.

À travers les huit chansons de « UN », Malik Djoudi réalise une entrée sidérante dans le club de la pop tricolore, imposant une touche française qui n’appartient qu’à lui : élégante et vibrante, impressionnante et fragile.

Moderne dans sa conception, fidèle aux instrumentations classiques, sa pop charnelle fait pleurer les machines en parlant de nos vies et de nos doutes, tout en rêvant d’Amérique et de grand amour. Les paradis perdus existent et n’ont rien d’artificiel. Il les a trouvés avec amour et sans violence, car il n’a peur de rien. À lui les beaux lendemains.

A écouter : la chronique de Rebecca Manzoni (France Inter) sur Malik Djoudi

 

Le Rack’Am - 12, rue Louis Armand - 91220 Brétigny sur Orge - 01 60 85 10 37 lerackam@mairie-bretigny91.fr